J'avais envie de faire un petit bilan de ma vie, rapidement. J'avais envie de l'écrire quelque part mais en même temps si je voulais l'écrire sur mon blog actuel, il serait vu par plus de personnes qui me connaissent irl que ce pauvre blogspot abandonné. Je ne sais même pas si il y a encore des gens qui utilisent cette plateforme parmi mes abonnés, donc...

Bref.

Voyons...

- Je suis partie faire mon semestre à l'étranger au Canada, à Toronto. Il y a eu des côtés positifs certes mais pas mal de côtés négatifs qui font que je ne suis absolument pas nostalgique. Quand mes amis me disent régulièrement «Ahhh, j'ai envie de retourner à _____.» je les comprends mais ce n'a pas été pareil de mon côté. J'aurai aimé vivre la même expérience qu'eux mais tout le monde est différent. Je suis quelqu'un de timide, qui aime se débrouiller seule, j'ai du mal à me forcer à aller voir des gens si cela n'est pas naturel. Je me suis fait des connaissances, mais n'allons pas jusqu'à dire des amis. Les gens que j'ai rencontré là bas étaient tous intéressants à leurs manières, certains m'ont donné envie de les connaître d'avantage mais c'est ainsi. Je ne suis pas extravertie, c'est parfois compliqué à gérer. Alors certes, j'ai pu parler anglais pendant un semestre, et ça, c'était génial. En partant j'étais triste de retourner là où j'allais parler ma langue natale. C'est réellement gratifiant de parler au quotidien une langue qui n'est pas maternelle, et se rendre compte que ça ne pose finalement pas vraiment de problèmes. J'avais envie de ma challenger donc j'ai pris un cours d'Histoire du Design, et je suis fière de dire que j'ai eu Excellent. Pourtant j'ai beaucoup douté de mon choix au début puisque le chef de section m'avait prévenu que cela pouvait être difficile de suivre un cours comme ça lorsque ce n'est pas notre langue natale/que l'on est pas bilingue. Donc... ouai, voilà, j'ai eu raison de choisir ce cours, il était génial, c'était mon préféré.
Je ne supporte plus la neige, j'en ai même fait un cauchemar la semaine dernière. Ce froid glacial qui t'oblige à te motiver au maximum pour sortir ne me manque pas, et je plains silencieusement ces pauvres personnes qui doivent tous les jours mettre des tonnes de couches de vêtements pour essayer de ne pas avoir trop froid pour le moment entre le logement et le métro.
J'ai pu visiter Montréal et la ville de Québec, sous la neige, juste avant noël. Les canadiens sont des warriors de l'hiver, putain. Quand je repense à la tempête de neige à Montréal... J'imagine que pour eux c'est du pipi de chat, ils doivent sûrement vivre mille fois pire.
J'ai fait un petit tour à NYC, sous la neige encore. La neige, ça me saoule. Nous avons été coincées là à cause d'une tempête à Toronto qui empêchait le car de prendre la route... Nous avons été plutôt malchanceuses P, une amie de l'école qui passait le semestre à Toronto aussi, et moi avec les transports durant le semestre. Que ce soit les valises perdues par Air France à l'arrivée, les vols en retard, les correspondances ratées, les pannes informatiques, les surpoids, les annulations à cause des températures... Putain, j'avais juste envie de rentrer chez moi à la fin. Laissez moi rentrer chez moi putain d'avions.

- À l'heure où je vous parle, et depuis exactement 1 an je suis avec garçon génial. Il fallait que je parle de lui, même si cela me met extrêmement mal à l'aise. Il a eu un réel impact sur ma vie, donc je pense qu'il est quand même nécessaire d'en parler dans un «bilan» comme qui celui là. Je suis plus qu'heureuse, donc je nous envoie des fleurs mentales.

- Je réfléchis beaucoup à ce qui est important, à ce qui ne l'est pas. De comprendre où j'ai envie d'aller... Je n'ai pas vraiment d'ambition. J'ai juste envie de trouver un boulot où je suis contente d'aller tous les matins, d'avoir des amis, des animaux, d'économiser pour pouvoir voyager régulièrement. Vivre quelque part en Europe. Voilà, elle est là mon ambition. Je n'arrive pas à rentrer dans cette énergie de l'innovation que voudrait l'école. Je n'ai pas pour ambition de faire un projet de fin d'étude qui va révolutionner le monde ou me rapporter de l'argent après... Je m'inquiète. Je n'ai peut être pas le bon profil.

- Parfois quand je pense à ce qui me rendrait heureuse sur du long terme, je pense à la photographie. Peut être que c'est trop bête de ne même pas avoir réellement essayé d'en faire quelque chose de concret?
Bon, je pense que c'est fini là, non ?
Voilà. C'est pour faire comme si je postais encore des choses ici !

Untitled Untitled Untitled